Retour à l'accueil
Généralités sur les insectes

Caractéristiques générales des insectes

La classe des insectes appartient au grand phylum (embranchement) des Arthropodes (animaux à corps segmenté). Les Arthropodes ont la particularité d’avoir un squelette externe (exosquelette) à la différence d’autres animaux tels que les mammifères.

Les insectes se distinguent notamment des autres groupes appartenant aux Arthropodes par :

un corps constitué de trois parties distinctes (tête, thorax, abdomen ),
trois paires de pattes (à un moment donné de leur existence)
une paire d’antennes


Généralités sur le développement

La grande majorité des insectes sont ovipares (pondent des œufs). Les œufs sont protégés par une coquille très solide, ce qui leur permet de résister aux conditions de vie les plus diverses (chaleur, froid, pluies…)
Lors de l’éclosion, les jeunes sortent de l’œuf soit en rongeant la paroi soit en la faisant éclater par la contraction des leurs muscles.
A la sortie de l’œuf, le jeune se distingue de l’adulte notamment par le fait qu’il ne possède pas d’aile, que ses pièces buccales (bouche) sont parfois différentes et que sa taille est bien inférieure.
Ceci va l’obliger à subir de grandes transformations au cours de sa croissance ; ces transformations sont appelées métamorphoses.

La croissance et la mue

La présence de l’exosquelette rigide chez l’insecte ne lui permet pas de grandir de façon progressive. Il est obligé de passer par des stades de croissance successifs en changeant de squelette externe à chaque fois que celui-ci devient trop petit.
Au moment de changer de squelette, ce que l’on appelle la mue, une nouvelle enveloppe se prépare sous l’ancienne. L’insecte va se gonfler par des processus différents selon les espèces (contraction des muscles, absorption d’eau ou d’air) jusqu’à fendre son exosquelette. Il va ensuite s’extraire de son ancienne ‘peau’ par cette fente.


Début de la mue de Nauphoeta cinera
Mue de Blabera fusca
Fin de la mue de Nauphoeta cinera

L’animal va resté gonflé jusqu’à ce que son nouveau squelette se soit durci puis il va évacuer l’eau ou l’air qu’il avait emmagasiné. Il reste assez fragile et vulnérable jusqu’au durcissement complet de sa nouvelle ‘armure’.

Ce phénomène se produit de manière générale 4 à 10 fois (selon l’espèce) au cours de la vie d’un insecte. La période séparant chaque mue est appelée un stade. Une fois le stade adulte (imago) atteint, l’insecte ,dans la majorité des cas, ne mue plus .

Les deux cycles de développements

On peut séparer les insectes en deux groupes selon la manière dont les ailes se développent chez les jeunes.
Chez les Blattes, les Sauterelles, les Libellules etc., les ailes se développent, au fur et à mesure des mues, à l’extérieur du corps.  Aux stades juvéniles ces jeunes insectes portent le nom de larve et ressemblent déjà fortement aux adultes. Ces insectes sont regroupés sous le nom d’Exoptérygotes. On parle, dans ce cas, de développement à métamorphose incomplète.




Les Coléoptères, les Papillons, les Diptères etc., composent le deuxième groupe. Les jeunes sont aussi appelés larves et ne ressemblent pas aux imagos (adultes). Ces larves ont généralement un régime alimentaire différent de celui de l’adulte et vivent dans des biotopes (milieux) différents de ceux de leur parents.
Au lieu de subir des transformations lentes à chaque mue, elles n’en subissent qu’une seule lors de la dernière. Cette métamorphose est tellement importante que les larves ont besoin d’une période de repos. La larve passe cette période sous la forme d’une pupe où d’une chrysalide. On regroupe ces insectes sous le terme d’Endoptérygotes car les ailes n’apparaissent à l’extérieur qu’au moment de la mue imaginale (dernière mue) et se sont développées à l’intérieur du corps préalablement.
Une fois sortie de leur pupe ou de leur chrysalide, les insectes vont chercher un endroit où s’accrocher. Ils envoient ensuite du sang (hémolymphe) dans leurs ailes encore pliées pour les étaler.
On parle alors de développement à métamorphose complète.


Auteur: Eric DETREZ